crise des opioides jeunes août 8, 2017

Crise des opioïdes : comment aider les jeunes ?

La Colombie-Britannique traverse la pire crise des opioïdes de son histoire. Tous les Britanno-Colombiens sont concernés dont les jeunes qui peuvent être tentés d’expérimenter les drogues dures comme le fentanyl. De plus, les enfants peuvent être victimes des conséquences de la consommation de drogues dans leur entourage.

C’est un sujet très sensible, mais cette crise les met particulièrement à risque. Il est donc de notre responsabilité d’informer les jeunes des conséquences de l’usage d’opioïdes. Voici comment.

Comment aborder la question ?

Dans une lettre du ministère de la santé provinciale remise aux parents, on recommande de parler régulièrement des risques de l’usage des substances illicites avec les enfants. En évitant les jugements, faites leur comprendre qu’elles comportent de graves dangers pour leur vie, notamment avec le risque de surdose.

Selon le Dr. Brian Conway, les adolescents ne sont parfois pas totalement au courant des risques qui existent dans l’utilisation des drogues de rue. Pour les éduquer, la lettre du ministère rapporte quelques faits que vous pourriez discuter avec eux :

  • Le plus grand risque de mort de surdose est lorsqu’on consomme de la drogue tout seul, car personne n’est là pour appeler le 911 s’il y a surdose.
  • Le fentanyl est environ 50 ou 100 fois plus toxique que la morphine, ce qui augmente énormément le risque de surdose accidentelle due au fentanyl illégal.
  • Environ deux tiers des surdoses en C.-B. sont dues au fentanyl et à des composants similaires.
  • Vous devez aussi savoir que le fentanyl est trouvé dans des drogues de rue qui ne sont pas vendues en tant qu’opioïdes, telles que la cocaïne, l’ecstasy (MDMA) et des met-amphétamines. Le vendeur de rue (« dealer ») peut ne pas savoir que sa marchandise contient du fentanyl.
  • N’importe quelle personne ne consommant pas d’opioïdes régulièrement court un très grand risque de surdose si des agents comme le fentanyl contaminent ses drogues, car elle n’aura pas de tolérance pour les opioïdes. Les personnes ayant consommé des drogues contenant des opioïdes et ayant arrêté pendant quelques temps connaissent aussi ce risque pour la même raison.
  • Contrairement à certains rapports, la fentanyl n’a pas été retrouvée dans la marijuana.
  • Vous pouvez proposer à vos enfants plus vieux d’être les responsables aux fêtes où les drogues peuvent être présentes; encouragez-les à appeler le 911 en cas d’urgence
  • Assurez-les qu’ils n’auront pas à faire face à des conséquences criminelles suite à des appels concernant les surdoses, pour avoir administré du naloxone et avoir exécuté une respiration artificielle de secours.

Quelles sont les ressources disponibles?

En français, l’organisme jeunesse sans drogue Canada énonce d’autres conseils pour vous aider à parler de la consommation de drogues avec vos enfants. Vous y trouverez un tableau compréhensif avec entre autres le nom des drogues, leurs différentes appellations, ce à quoi elles ressemblent et les signes lorsqu’il y a eu un abus.

Dans les écoles, des programmes ont été instaurés pour éduquer les étudiants. Pour continuer les efforts de prévention, le Dr. Brian Conway croient que d’autres programmes devraient être mis en place avec le conseil scolaire francophone pour aborder le sujet des opioïdes avec les jeunes.

Enfin, vous pouvez aussi consulter notre dossier santé sur la drogue, où vous apprendrez notamment comment sauver la vie d’une personne qui fait une surdose.