maltraitance des aînés juin 13, 2017

Maltraitance envers les aînés : Comment la reconnaître ?

Le 14 Juin c’est la journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, un problème de société qu’il faut savoir reconnaître. 10% des aînées de 65 + ans en seraient victimes, mais seulement 4% des cas de maltraitance sont signalés selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Souvent, l’isolement ou une mauvaise compréhension de ce qu’est la maltraitance empêchent le signalement de ces mauvais traitements. Voici donc ce qu’il faut savoir afin de repérer les signes et aider les victimes.

La maltraitance, c’est quoi ?

Il existe différents types de maltraitance qui peuvent affliger une personne aînée. Outre les maltraitances physiques (blessures, recours à la force), elles peuvent aussi être psychologiques (violence verbale), médicales (droit aux soins) et financières (vols). La négligence volontaire ou involontaire d’une personne âgée est aussi considérée comme de la maltraitance. Des conséquences sérieuses pour la santé peuvent subvenir chez la victime qui peut notamment développer une maladie ou souffrir d’anxiété.

 

Qui sont les victimes ?

Selon Statistique Canada, les victimes de maltraitance sont souvent les femmes (70% des cas reportés) et les aînés ayant eu des enfants (98%). Cependant, tous les aînés sont à risques et ce, peu importe leur statut social. Des personnes sont toutefois plus vulnérables que d’autres, dont celles qui ont des problèmes de santé mentale, de santé physique ou celles qui sont isolées.

À noter que certaines victimes ne réalisent pas qu’elles sont dans une situation de maltraitance. Elles peuvent croire que ces mauvais traitements sont normaux ou même mérités.

D’où provient la maltraitance ?

Le plus souvent, la maltraitance vient d’un membre de la famille ou d’une personne que l’aîné connaît personnellement. Cette situation entraîne un dilemme pour la victime qui souffre, mais qui peine à dénoncer ces actes. Elle peut craindre le proche, dépendre de lui ou souhaiter le protéger malgré la douleur. Il existe aussi de la maltraitance institutionnelle qu’on retrouve dans les centres pour personnes âgées et les hôpitaux.

Quels signes doit-on repérer ?

Ces changements inexplicables chez une personne âgée sont souvent les premiers signes de maltraitance :

  • Une perte de poids : L’ainé peut être victime de malnutrition ou être anxieux
  • Une blessure sans explication : L’aîné peut tenter de cacher une blessure (ex : des ecchymoses)
  • Une méfiance envers les autres : Dans les cas de maltraitance sexuelle, les personnes âgées peuvent perdre confiance envers leur entourage
  • Des problèmes financiers inhabituels : L’ainé peut avoir un nombre élevé et anormal de transactions bancaires ou avoir des problèmes d’endettement
  • Un isolement social : Les personnes âgées isolées ne peuvent se confier et demander de l’aide
  • Un manque d’hygiène : L’ainé ne reçoit pas les soins de santé minimaux à sa dignité humaine

Ces signes ne signifient pas nécessairement que nous sommes en présence d’un cas de maltraitance. Toutefois, lorsqu’une combinaison de ces indices existe, la probabilité qu’un aîné soit une victime devient beaucoup plus importante.

 

Que faire si vous avez des soupçons?

Si vous remarquez les signes mentionnés ci-haut, vous êtes considéré comme un témoin. Le témoin doit poser des questions à la personne concernée pour comprendre la situation et regarder s’il existe des marques physiques de maltraitance sur le corps de l’aîné.

 

Enfin, vous pouvez contacter les organismes suivants qui viennent en aide aux victimes de maltraitance en Colombie-Britannique :

Seniors Abuse and Information Line (SAIL)

Ligne téléphonique confidentielle pour les personnes âgées qui se sentent victimes de mauvais traitements et leurs proches qui ont des questions.

Sans frais : 1-866-437-1940 ou 604-437-1940 dans le Lower Mainland

VictimLink BC

Ligne téléphonique confidentielle 24/7 qui aide les victimes d’abus ou de négligence et leurs proches. Offre aussi un service d’interprète en français.

Sans frais : 1-800-563-0808

Assisted Living Registrar (ALR)

Si vous avez des soupçons de maltraitance dans un établissement de résidence assisté, l’ALR fera une enquête afin de veiller à la santé et à la sécurité de ses résidents.

Ligne sans frais : 1 866 714-3378 ou 250 952-1369 à Victoria

 

Article rédigé par François Lachance, projets@resosante.ca