hépatite C juillet 25, 2017

Connaissez-vous l’hépatite ?

La journée internationale de l’hépatite est soulignée dans toute la Colombie-Britannique le vendredi 28 juillet. Vous pourrez participer à des événements, rencontrer des professionnels de la santé et en apprendre plus sur l’hépatite. Le Science World, le BC Place et la Place du Canada vont pour l’occasion s’illuminer en rouge et jaune en soirée afin de sensibiliser les gens à cette maladie souvent méconnue.

Consultez ici le calendrier des événements dans votre région

Afin de vous informer davantage, RésoSanté vous présente aussi ce qu’il faut savoir sur le dépistage de cette maladie et sur les 3 principaux types d’hépatites qui existent.

Une maladie difficile à reconnaître

Selon Santé Canada, les hépatites de types A, B et C sont les plus communes et représentent approximativement 90% des cas au pays. Elles sont des maladies virales qui peuvent affecter le foie et mener à de graves conséquences si elles persistent et ne sont pas diagnostiquées. Il est difficile de reconnaître les symptômes qui peuvent être inexistants, longs avant d’apparaître ou qui peuvent s’apparenter à ceux d’autres maladies. En parler à son médecin et en faire le dépistage avec une prise de sang est donc recommandé si vous avez été dans une situation à risque ou avez des doutes.

L’hépatite A

Avant un voyage dans un pays en voie de développement, il est conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A. Le virus de l’hépatite A peut être contracté lors de la consommation d’aliments ou d’eau contaminée lorsque vous êtes en présence de mauvaises conditions hygiéniques. Les symptômes peuvent être de la fièvre, de la fatigue ou des vomissements et varient dépendamment des personnes. Pour plus de renseignements sur les pays à risques et la vaccination, vous pouvez consulter le site ‘voyage’ du gouvernement du Canada en cliquant ici.

 

hépatite-2

L’hépatite B

Toujours selon le site du gouvernement canadien, la vaccination est aussi recommandée pour l’hépatite B qui est très contagieuse. Elle peut se transmettre entre autres à la suite d’un tatouage ou d’une relation sexuelle non protégée. Une mère porteuse du virus de l’hépatite B peut aussi le transmettre à son bébé à la naissance. L’hépatite B passe souvent inaperçue puisque plusieurs personnes qui l’ont contractées n’expérimentent pas de symptômes ou ne les reconnaissent pas. Ils peuvent apparaître entre 2 à 6 mois après avoir contracté le virus et parmi ceux-ci, on y retrouve de la fièvre, l’urine foncée, des nausées, vomissements et la jaunisse dans certains cas plus rares.

De 90 à 95% des personnes atteintes par l’hépatite B récupèrent sans avoir recours à des soins, mais des complications sérieuses pour la santé surviennent pour d’autres qui développeront une hépatite chronique lorsqu’elles durent plus de 6 mois. Les conséquences d’une hépatite chronique peuvent être une cirrhose ou un cancer du foie. À noter que les enfants de moins de 4 ans sont fortement à risques alors que seulement 10% d’entre eux peuvent éliminer le virus de l’hépatite B de leur système.

Consultez notre article sur « Comment vivre avec le virus de l’hépatite B »

L’hépatite C

La transmission de l’hépatite C se fait généralement lorsque le sang d’une personne ou un outil infecté entre en contact avec le sang d’une autre personne. L’agence de santé publique canadienne nous met aussi en garde contre le partage de seringues, de rasoirs ou de coupe-ongles qui sont quelques exemples de comportements à risques. Les relations sexuelles non protégées ou le passage du virus d’une mère à son enfant naissant sont d’autres formes de transmission. Malheureusement, aucun vaccin ne permet de prévenir la propagation de l’hépatite C.

L’apparition des symptômes se produit souvent tard, lorsque la maladie affecte le foie. Le risque de développer un cancer du foie devient aussi plus élevé lors du prolongement de l’hépatite C. Même si l’on peut guérir de ce virus sans avoir recours à des soins, il est très important de consulter un médecin lorsqu’il y a un doute, car le suivi médical est nécessaire pour être certain de ne plus être porteur du virus.

Consultez notre article sur « Comment vivre avec le virus de l’hépatite C«