Actualités
retour au blog
Le ministre Adrian Dix rencontre les représentants de RésoSanté. Nouvelles décembre 21, 2017

Consultation du ministre Dix : les priorités des francophones en santé

Dans le cadre de la consultation du ministre responsable des affaires francophones, Adrian Dix, sur les priorités et besoins des francophones en C.-B., RésoSanté a déposé un court mémoire indiquant le travail  à accomplir en santé.

Notre organisme à but non lucratif poursuit l’importante mission d’améliorer l’accès aux services de santé en français en Colombie-Britannique. Depuis 15 ans, nous travaillons essentiellement à ce que les francophones et francophiles soient et demeurent en santé tout au long de leur vie. Voici les priorités que nous souhaitons vous soumettre dans le cadre de la consultation que vous menez actuellement.

Stimuler l’offre et la demande de services de santé en français

Nous progressons chaque année grâce aux avancées de l’offre active de services en français dans la province. Ces avancées se manifestent dans certaines régies de santé qui proposent désormais des programmes en français ainsi que dans notre Répertoire de RésoSanté, qui rassemble maintenant plus de 1200 professionnels pouvant offrir des services de santé en français en C.-B.

Néanmoins, l’identification de ces professionnels reste difficile. Dans un rapport publié en 2017, Statistique Canada a recensé 12 325 professionnels de la santé pouvant soutenir une conversation en français en C.-B[1]. C’est ainsi dire que RésoSanté a plus que jamais besoin de votre aide pour répertorier l’ensemble de ces professionnels.

D’ailleurs, une étude publiée en juin 2017 par les Dres De Moissac et Bowen[2] démontre que le manque de services en français n’incite pas les francophones en situation minoritaire à les demander et à les obtenir ce qui les rend encore plus vulnérables.

Si l’identification des professionnels fait croître l’offre de services de santé en français, il en est de même pour l’identification des francophones et francophiles. Nous nous réjouissons de la mise en place du service téléphonique en français du Medical Services Plan (MSP) en 2017. Cependant, bien peu d’outils de mesure évaluent la demande réelle de services de santé en français dans la province.

Un moyen de répondre à cette lacune serait notamment d’ajouter la langue de préférence de service sur la BC Services Card (carte-santé) comme cela a été fait à l’Ile du Prince Edouard et en phase de l’être en Ontario. Grâce à une connaissance approfondie de l’étendue de cette population, cela permettrait au ministère de la Santé, dont vous détenez le portefeuille, de mieux la desservir. Il va de soi qu’une meilleure adéquation entre l’offre et la demande crée des occasions d’économies dans le système de santé.

Il est primordial de travailler simultanément à l’augmentation de l’offre et la stimulation de la demande de services de santé en français pour faire de cet enjeu d’identification une priorité résolue.

S’attaquer à une crise nationale : les opioïdes

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada a déclaré récemment que le nombre de décès causés par des surdoses liées aux opioïdes pourrait s’élever à plus de 4000 au pays.

Cette crise trouve son épicentre à Vancouver, où nous estimons qu’une personne sur sept vivant dans la rue s’exprime en français. Plusieurs de ces francophones sont incapables de communiquer en anglais. Nous souhaitons joindre nos efforts au désir de votre gouvernement d’en finir avec ce fléau d’ailleurs placé au rang de priorité en matière de santé publique.

Se préoccuper de la santé des nouveaux arrivants en Colombie-Britannique

Lorsqu’ils arrivent, les immigrants ont tendance à être en meilleure santé comparativement aux personnes nées au Canada[3]. Or, nous avons relevé lors de consultations à l’intérieur de la communauté francophone et francophile que la santé des nouveaux arrivants en Colombie-Britannique se dégrade significativement lors de la première année au Canada. Nous croyons qu’une meilleure synergie des ressources de santé en français entre le système de santé et la communauté bénéficiera à maintenir la santé des immigrants.

Reconnaître l’expertise étrangère

Des médecins, des ergothérapeutes, des infirmières, pour en nommer quelques-uns, éprouvent de très grandes difficultés à obtenir la reconnaissance nécessaire pour la pratique de leur profession médicale en sol britanno-colombien. Le déploiement d’une plateforme où sont colligées des informations sur l’obtention des équivalences de diplôme est un des moyens de faciliter l’accès au marché du travail pour des professionnels de santé venus de l’international. Ajoutons au passage que cette priorité aidera à résoudre celle de l’augmentation de l’offre de services de santé en français.

Rendre les soins de santé en français accessibles partout en C.-B.

La présence de 12 325 professionnels de la santé à l’échelle provinciale ne témoigne pas nécessairement d’une offre suffisante à l’échelle locale. Il existe ainsi un écart dans l’accès aux services de santé en français entre le Grand Vancouver et le reste de la C.-B. La technologie permet aujourd’hui d’accroître la présence en région de professionnels de la santé. Nous considérons donc que la télémédecine constitue une des solutions pour améliorer l’accès à des soins de santé en français partout en province. Nous souhaiterions travailler plus avec les régies sur la création de ces nouvelles ressources en français.

 Nous vous remercions de mener ce processus de consultation auprès la communauté francophone et francophile. Nous espérons que les priorités susmentionnées vous éclairent suffisamment pour la préparation des négociations avec le gouvernement fédéral en vue de la signature d’une nouvelle entente en matière de langues officielles pour les services en français en C.-B.

Enfin, nous sommes très honorés de contribuer à cette consultation publique, sachant que votre fonction de ministre de la Santé est significative pour notre communauté, puisqu’elle vous permet de comprendre les priorités sous un angle que vous connaissez bien.

Recevez, Monsieur le Ministre, nos salutations distinguées.

Dr Brian Conway, Président de RésoSanté Colombie-Britannique


[1] « Professionnels de la santé et minorités de langue officielle au Canada, 2011 et 2011 », Statistique Canada, http://www.statcan.gc.ca/pub/89-657-x/89-657-x2017002-fra.htm, diffusé le 6 janvier 2017.

[2] « Impact of language barriers on access to healthcare for official language minority Francophones in Canada », De Moissac et Bowen, Collège canadien des leaders en santé, publié le 6 juin 2017.

[3] « Taux d’hospitalisation chez les immigrants économiques au Canada », Statistique Canada, https://www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2017007/article/14843-fra.htm, diffusé le 19 juillet 2017.


Infos complémentaires : D’où vient la crise des opioïdes?